Le but de l’évolution

Le but de l’évolution
de Ole Therkelsen, Danemark

Est-ce que le dessein intelligent ou le darwinisme peuvent attribuer un but à l’évolution ?

  1. Ni la théorie du dessein intelligent ni le darwinisme n’attribuent un sens ou un but à l’évolution : la réalisation de l’homme achevé tout amour. Le dessein intelligent ne tient pas compte d’une évolution puisqu’on considère que les espèces sont créées une fois pour toutes et ne changeront plus.
  2. Dans la science traditionnelle, l’évolution n’est que l’expression du changement. Elle est vidée de sens et on ne sait pas où elle va puisqu’elle est guidée par le hasard. Pour les scientifiques, parler d’une évolution qui a un sens ou un but est considéré comme profondément religieux.
  3. Mais dans La Cosmologie de Martinus, l’évolution visant à un but est pourtant une conséquence directe et nécessaire découlant des principes cosmiques et des lois éternelles de la nature.

25.2   Peut-il être question à la fois d’une évolution progressive et d’un dessein (programme) intelligent dans la nature ?

Martinus a, dans sa cosmologie, produit une explication holistique réunissant le darwinisme (ou l’évolution) et le dessein (ou programme) intelligent dans une formule commune : l’évolution est programmée !

La création divine se réalise à l’aide de l’évolution. – Toute évolution est création. – Toute création est évolution.

Il peut paraître étrange que la dispute entre les biologistes et les théologiens ait fait fureur pendant 150 ans quand en fait, il semble, à mon avis, que les deux camps ont partiellement raison. Bien que ces deux partis aient saisi une vérité partielle, chacun ne soutient qu’un seul aspect : l’un, l’évolution progressive, l’autre, le rôle de la conscience dans la formation des organismes complexes dans la nature.

Il m’apparaît que Martinus a produit une théorie si complète et générale de formation des organismes complexes dans son image éternelle du monde que les théories du darwinisme et du dessein intelligent y apparaissent comme des sous-ensembles chacun exprimant seulement une vérité partielle. Martinus avance que le but de l’évolution et de la création est l’Amour. Il nous explique que l’évolution doit nécessairement et inévitablement conduire à la perfection, en vertu entre autres d’un principe éternel – le principe de création divin.

Une brève explication du symbole de Martinus « les impulsions du principe de création » Ce symbole est expliqué en bref comme symbole no 1 dans l'IEU1 sous le titre « l'esprit de Dieu au-dessus des eaux ». Pourtant, Martinus a également examiné les impulsions du principe de création global par rapport à l'évolution actuelle de la Terre dans LB1 où le symbole est expliqué au paragraphe 66 sous le titre : « Les impulsions du principe de création ». Martinus parle du caractère global du principe divin de création qui s'étend non seulement à la création des cellules, organes, animaux et hommes mais aussi à la création parfaite d'une planète Terre avec une humanité parfaitement évoluée. Une vieille impulsion mondiale qui stimulait les religions du monde, comme une phase d'évolution dans cette création macrocosmique, est déjà passée au dessus de la Terre et une nouvelle impulsion mondiale est maintenant en train de se faire sentir. C'est un monde d'idées et de courants complètement nouveau qui, actuellement, est en train de passer au-dessus de la Terre en vertu de cette nouvelle impulsion mondiale qui est l'expression d'une impulsion créative macrocosmique. Le symbole montre que la conscience est à la base de tous les processus de création de la nature dans l'univers. Le centre lumineux au-dessus d'où partent les rayons symbolise Dieu ou le « quelque chose » qui crée dans l'univers. Dans la partie supérieure du symbole, le principe de création est représenté par un corps illuminé ressemblant à une croix brûlante qui est le signe ou le logo du principe créateur partout dans l'œuvre de Martinus. L'océan baigné de rayons montre un esprit créateur pénétrant tout, une conscience, une volonté et une omnipotence. Les faisceaux de rayons circulaires qui s'élargissent sont l'expression des impulsions mondiales qui, en traversant l'univers, baignent des humanités de planètes grandes et petites. Les nombreux cercles symbolisent les planètes et la vie consciente des êtres vivants qui y habitent. Le cercle double symbolise la Terre et sa population d'hommes. Elle est touchée par trois impulsions mondiales. La plus basse, marquée par les rayons serrés montre l'impulsion qui stimule la conscience des hommes primitifs, basée sur le principe meurtrier, la vengeance et les représailles. Celle du milieu (rayons moins serrés) montre la vieille impulsion mondiale qui forme la base des religions mondiales humaines comme le christianisme, l'islam et le bouddhisme. Celle du dessus (rayons encore moins serrés) montre la troisième impulsion ; c'est la claire et nouvelle impulsion mondiale qui en ce moment est en train de naître sur la Terre. Elle va, avec le temps, rendre superflues les religions et toutes formes de croyances vu qu'elle va expliquer le vrai côté de la vie sous la forme d'une science absolue. Le mot clé de l'ancienne impulsion mondiale religieuse est « croyance », tandis que la nouvelle impulsion est caractérisée par « la connaissance et la science ». Le symbole nous donne une image du rapport actuel entre l'humanité terrestre et les grandes impulsions créatrices cosmiques.
Symbole no 1 Les impulsions du principe de création. [L’esprit de Dieu au-dessus des eaux, ] Copyright © Martinus Institut 1981 (français). www,martinus.dk
 Symbole no 1. Les impulsions du principe de création   © Martinus Institut 1981.   Voir l’explication du symbole dans Livets Bog, tome 1, et L’Image Eternelle de l’Univers, tome 1

25.3   Une brève explication du symbole de Martinus « les impulsions du principe de création »

Ce symbole est expliqué en bref comme symbole no 1 dans l’IEU1 sous le titre « l’esprit de Dieu au-dessus des eaux ». Pourtant, Martinus a également examiné les impulsions du principe de création global par rapport à l’évolution actuelle de la Terre dans LB1 où le symbole est expliqué au paragraphe 66 sous le titre : « Les impulsions du principe de création ».

Martinus parle du caractère global du principe divin de création qui s’étend non seulement à la création des cellules, organes, animaux et hommes mais aussi à la création parfaite d’une planète Terre avec une humanité parfaitement évoluée. Une vieille impulsion mondiale qui stimulait les religions du monde, comme une phase d’évolution dans cette création macrocosmique, est déjà passée au dessus de la Terre et une nouvelle impulsion mondiale est maintenant en train de se faire sentir. C’est un monde d’idées et de courants complètement nouveau qui, actuellement, est en train de passer au-dessus de la Terre en vertu de cette nouvelle impulsion mondiale qui est l’expression d’une impulsion créative macrocosmique.

Le symbole montre que la conscience est à la base de tous les processus de création de la nature dans l’univers. Le centre lumineux au-dessus d’où partent les rayons symbolise Dieu ou le « quelque chose » qui crée dans l’univers. Dans la partie supérieure du symbole, le principe de création est représenté par un corps illuminé ressemblant à une croix brûlante qui est le signe ou le logo du principe créateur partout dans l’œuvre de Martinus. L’océan baigné de rayons montre un esprit créateur pénétrant tout, une conscience, une volonté et une omnipotence. Les faisceaux de rayons circulaires qui s’élargissent sont l’expression des impulsions mondiales qui, en traversant l’univers, baignent des humanités de planètes grandes et petites. Les nombreux cercles symbolisent les planètes et la vie consciente des êtres vivants qui y habitent. Le cercle double symbolise la Terre et sa population d’hommes. Elle est touchée par trois impulsions mondiales. La plus basse, marquée par les rayons serrés montre l’impulsion qui stimule la conscience des hommes primitifs, basée sur le principe meurtrier, la vengeance et les représailles. Celle du milieu (rayons moins serrés) montre la vieille impulsion mondiale qui forme la base des religions mondiales humaines comme le christianisme, l’islam et le bouddhisme. Celle du dessus (rayons encore moins serrés) montre la troisième impulsion ; c’est la claire et nouvelle impulsion mondiale qui en ce moment est en train de naître sur la Terre. Elle va, avec le temps, rendre superflues les religions et toutes formes de croyances vu qu’elle va expliquer le vrai côté de la vie sous la forme d’une science absolue. Le mot clé de l’ancienne impulsion mondiale religieuse est « croyance », tandis que la nouvelle impulsion est caractérisée par « la connaissance et la science ».

Le symbole nous donne une image du rapport actuel entre l’humanité terrestre et les grandes impulsions créatrices cosmiques.

25.4   Comment Martinus voit-il son rôle face aux forces cosmiques dans la nouvelle impulsion mondiale ?

Martinus avance que les analyses cosmiques du Troisième Testament représentent le cœur de cette nouvelle impulsion mondiale qui circule actuellement sur la Terre et qui est le prolongement évolutif des deux impulsions mondiales précédentes. Comme l’indique son œuvre, cette impulsion marque la direction évolutive du millénaire futur sur la Terre. La compréhension de l’œuvre de Martinus va permettre à chaque être humain de coopérer consciemment avec cette énorme volonté de guidage cosmique, qui sous forme de cette nouvelle impulsion mondiale est à la base de la création d’une nouvelle culture mondiale.

Martinus prétend que cette volonté de guidage cosmique, sous forme de l’esprit dans la nouvelle impulsion mondiale rayonne en ce moment au dessus de la Terre avec une vigueur renouvelée comme une substance cosmique illuminée perceptible par une conscience cosmique. Cette substance brille comme une vague d’énergie cosmique émanant du centre de notre Voie Lactée juste au dessus des pays scandinaves. C’est une des raisons pour lesquelles Martinus était capable de manifester la connaissance la plus élevée possible dans le Nord. (Voir Collection d’Articles 1, §9.4).

Les grands progrès culturels et humains de l’humanité et donc le développement de l’être « Terre », sont, selon Martinus, portés et stimulés par des forces macrocosmiques. La Terre est sujette à un processus de création consciente macrocosmique qui va aboutir à la formation d’un état mondial dans lequel tous les êtres humains vivront en liberté, égalité et fraternité. (LB1, chapitre 4).

Evolution et le dessein intelligent. L'auteur danois Martinus (1890-1981) voyait l'univers comme un être vivant englobant tout, dans lequel nous vivons et faisons l'expérience de la vie à travers une évolution éternelle. Les enseignements de Martinus ont été ignorés dans le récent débat sur la création. Ils donnent une approche intéressante avec une richesse de perspectives qui confirment et corrigent plusieurs aspects tant du darwinisme que de la théorie du dessein intelligent. Martinus argumente en faveur d'une évolution basée sur la conscience et sur l'expérience des êtres vivants eux-mêmes, et présente avec perspicacité l'évolution future des hommes en route vers la perfection. Le livre répond à toute une série de questions sur MARTINUS, DARWIN ET LE DESSEIN INTELLIGENT, et il est destiné à tous ceux qui s'intéressent à l'évolution, quel que soit le point de vue observé : scientifique, spirituel ou religieux.
Darwin prend comme point de départ l’hypothèse d’une évolution graduelle, basée sur la sélection naturelle ; le dessein intelligent tente de montrer d’une manière scientifique qu’une intelligence suprême existe derrière toute création. Face à ces deux théories, Ole Therkelsen, conférencier et ancien professeur de chimie et de biologie, présente un troisième modèle d’explication sur l’apparition des organismes complexes dans la nature et sur l’origine et la formation de la vie, modèle intitulé : la cosmologie de Martinus.

25.5   Comment savoir si une image du monde est fausse ?

Martinus soutient qu’une une image du monde est fausse si elle ne peut pas montrer que tout est une expression d’amour et que tout est très bien. Si cette image ne peut pas montrer qu’il existe derrière tous les phénomènes, un plan divin global et mondial, de nature intelligente et voulant promouvoir l’Amour, cela prouve qu’elle est plus ou moins mensongère. (Livre no 12B, §25).

Pourquoi tout est-il très bon ? Parce que la vie est une réalité et parce que tout contribue à maintenir une expérience éternelle de la vie. L’expérience de la vie est un atout pour l’être vivant. Sans expérience de la vie, il ne pourrait pas exister de vie ni d’êtres vivants. Mais même si tout est très bon, tout n’est pas aussi agréable. C’est pour cela que Martinus s’est senti le besoin de définir ce qu’il entend par l’expression: le bien désagréable. Toutes les énergies physiques et spirituelles réagissent en accord avec des lois. C’est pour cela que nous pouvons nous sentir en sûreté dans la vie. Tout est bien en place. La Vie est Cosmos et non chaos. Tout a un sens et un but. Il n’y a aucune raison d’avoir peur de la Vie : la Vie est là pour nous épauler et promouvoir notre développement. Selon Martinus rien n’est dû au hasard, rien n’est injuste, il n’existe pas de mal ni de puissances malfaisantes. Il ne s’agit que d’une fausse appréciation de ce « bien désagréable ». L’expérience des ténèbres ou du bien désagréable est une nécessité pour acquérir la connaissance qui mène à la perfection. Les ténèbres, le mal, la guerre et le meurtre sont tous dus uniquement au manque de savoir.

Là où l’ignorance n’est plus, cesse d’exister ce qu’on nomme le mal
(Martinus, Le Troisième Testament, Livets Bog 1, §19)

25.6   Quel est le sens de la vie ?

Le philosophe allemand Max Weber (1864-1920) croit que les hommes ont un besoin fondamental de vivre dans un monde ayant un sens et que les deux questions d’ordre métaphysique indispensables doivent être : quel est le sens de la vie et du monde entier ? À partir d’une telle perspective, il est intéressant de noter que Martinus est capable de répondre à ces deux grandes questions métaphysiques en termes simples :

  1. Le sens de la vie est de faire une expérience éternelle de la vie.
  2. L’univers entier est un organisme vivant

Le sens de la vie est que l’être universel global ait une expérience éternelle de la vie, en même temps qu’il donne aux êtres vivants qui constituent son organisme, un espace vital pour leur permettre de se manifester eux-mêmes éternellement. L’être universel renouvelle continuellement sa vie à travers les expériences toujours changeantes de ses habitants.

Le sens de la vie ne peut pas être d’atteindre un certain objectif vu que la vie aurait alors une fin. Non, c’est tout simplement de faire des expériences et de se divertir éternellement et cette vie éternelle est maintenue grâce aux deux grands contrastes de la vie : la lumière et l’obscurité, les mondes spirituels et les mondes physiques. Liza Minnelli a exprimé une vérité cosmique en chantant « La vie est un cabaret » et c’est pour cela que la chanson est devenue un classique. Le sens de la vie est l’expérience et le divertissement. La vie est un cabaret ou un théâtre. Martinus utilise aussi cette analogie avec le monde du théâtre dans son livre no 18.

Tous les types d’art qui expriment les vérités éternelles de la vie deviennent, comme cette chanson, des classiques toujours actuels. Selon Martinus, les vérités de la vie et les lois de l’univers sont l’expression d’une haute intellectualité et il définit l’art en bref comme : « … la faculté d’incarner de la haute intellectualité dans la matière ». (LB4 §1150).

           La théorie d’une seule vie : la vie est injuste, illogique et sans amour
           La théorie d’une vie éternelle : la vie est juste, logique et pleine d’amour

25.7   Quelles sont les conséquences d’une vue éternelle de la vie ?

La base de la science spirituelle est que la vie est éternelle et la conséquence en est que la vie est juste, logique et pleine d’amour. C’est seulement à partir d’une vision éternelle de la vie qu’on peut arriver à démontrer que la vie est vraiment juste, logique et pleine d’amour. Chaque détail est, dans le grand univers, comme un petit rouage, qui a sa fonction spécifique dans le fonctionnement éternel de la vie. Tout a un sens dans une vision holiste et éternelle de la vie. Tout va trouver harmonieusement son équilibre à long terme. Tout dans le présent peut être expliqué par rapport au passé éternel.

La conséquence logique de la théorie d’une seule vie est que la vie est injuste, illogique et sans amour. La vie n’a aucun sens ; c’est comme un théâtre absurde disaient les philosophes existentialistes et leur conclusion est entièrement logique si on fait l’hypothèse d’une seule vie physique.

Bien que Martinus ne fût pas un existentialiste au sens philosophique habituel, je serai tenté de dire qu’il est l’existentialiste le plus extrême, le plus intransigeant et le plus cohérent de la littérature moderne. La Vie est ! La Vie existe ! L’Univers vivant est un – quelque chose – qui existe uniquement !

Et comme l’existentialisme, la cosmologie de Martinus tire aussi la conclusion qu’il faut prendre la responsabilité de sa propre vie.

25.8   Comment Martinus résout-il le problème de la théodicée ?

En vertu de sa vision éternelle du monde, Martinus a déjà résolu le problème de la théodicée. (Voir 6.5) en disant que l’obscurité ou ce que nous appelons le mal est une nécessité pour toute expérience de la vie en vertu du principe des contrastes. La souffrance est la conséquence de notre propre ignorance et de notre mauvaise manière d’agir. Cette expérience douloureuse est indispensable pour évoluer vers l’amour et la compassion qui mèneront à la perfection et à la réalisation de l’homme parfait capable, comme Dieu, de faire la différence entre le bien et le mal. Pour pouvoir faire cette distinction et consciemment manifester de l’amour envers son prochain, il est nécessaire d’avoir soi-même fait l’expérience du bien et du mal. Le fruit de toutes souffrances et peines est l’humanité et l’amour.

25.9   Comment l’obscurité peut-elle être défendue ou justifiée ?

Le trait le plus marquant de l’époque dans l’œuvre de Martinus est qu’il défend et justifie les « ténèbres » et le « mal » en vertu des principes et des lois éternels qui garantissent une expérience de la vie éternelle. Il est toujours possible de donner à chaque situation de la vie une justification logique et juste en fonction d’un passé éternel. Tout peut s’expliquer logiquement avec un passé éternel à partir de la loi de cause à effet, ce qui n’aurait pas été possible si la vie avait eu un début.

Martinus montre que le mal est un bien désagréable. La chose désagréable que nous ressentons comme de la souffrance est une forme d’amour voilée. La souffrance est le résultat des actions illogiques antérieures: elle nous donne l’expérience dont nous avons besoin pour nous rendre capable de penser logiquement. L’expérience du mal et de la souffrance est un bien désagréable qui est nécessaire pour faire avancer l’évolution vers la perfection.

25.10 Quelle est la preuve d’amour ?

Quelqu’un a une fois demandé à Martinus comment il pouvait être sûr que tout ce qu’il écrivait était la vérité. Il a répondu : « C’est la vérité parce que toutes mes analyses se fondent dans l’amour ». « Toutes mes analyses démontrent que tout est très bon ».

Martinus a aussi dit : « Toutes mes analyses se fondent dans l’éternité. L’amour et le christianisme deviendront de la science quand on pourra voir que tout se fond dans l’éternité. »

Martinus a présenté dans ses conférences plusieurs variantes de sa « preuve basée sur l’amour ». Il a dit qu’il était complètement certain que tout ce qu’il avait écrit était la vérité parce que toutes ses analyses sont toujours en accord avec l’amour universel et le fait que nous devons aimer notre prochain comme nous-mêmes. Existe-t-il une explication plus sublime de la vie que celle qui révèle que tout est une expression d’amour ? L’amour universel est la science la plus élevée. L’amour universel est la note fondamentale de l’univers.

Martinus a écrit un chapitre entier intitulé : « La garantie de l’identité de mes analyses cosmiques avec la vérité éternelle » qui traite de cette preuve basée sur l’amour (Collection d’articles 1, §8.25). Là, il écrit que son œuvre ne pouvait avoir été créée qu’en vertu de sa conscience cosmique, et qu’on peut la reconnaître par le fait que toutes ses analyses concluent qu’on doit aimer son prochain. Tout ce qu’il a écrit n’est qu’un grand plaidoyer en faveur de l’observation du grand commandement : aimez votre prochain. C’est une examen logique de l’immortalité et de : « Ce que nous semons, nous le récolterons ». Le résultat final de toute chose s’avère être en fin de compte une source de joie, de richesse et une bénédiction pour tous les êtres vivants.

25.11 Quand la vérité va-t-elle être révélée ?

Nous voyons des images différentes du monde se succéder au cours de l’histoire et c’est pour cela que nous croyons que la vérité est quelque chose de relatif et qu’il n’existe pas vraiment de vérité absolue. Cependant l’histoire nous montre que des conceptions primitives du monde sont remplacées par des nouvelles, plus évoluées et scientifiques. Mais combien de temps, cette révélation partielle de la vérité, va-t-elle durer?

Martinus répond : « Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de voile autour de la vérité ». Et à notre question de savoir quand cela aura lieu, Martinus répond : « Quand l’individu aura évolué à tel point qu’il pourra être en état de faire par lui-même l’expérience que – tout est très bon. Alors la révélation de la vérité éternelle sera complète car cette expérience ne peut pas avoir lieu sans être identique à l’expérience de l’analyse scientifique fondamentale de cette vérité. » (LB1 §28).

Tous ceux qui pensent que le mal existe sont la proie d’une ancienne superstition. Ce que nous nommons le mal est aussi indispensable que le prétendu – bien – pour que nous puissions faire l’expérience de la vie et former notre conscience. Mais cela n’empêche pas qu’il y ait des situations fortement désagréables. Le bien et le mal deviennent ainsi une seule et même chose, ce que Martinus a choisi si ingénieusement d’appeler « le bien agréable » et « le bien désagréable ». Le mot « bien » est ici, tout comme dans l’expression « tout est très bon », le côté éternel de l’analyse, tandis que les mots « agréable » et « désagréable » représentent le créé ou le côté temporel de l’analyse. L’existence des contrastes est indispensable pour les êtres vivants car sans contrastes, aucune expérience de la vie, aucune vie ni aucun être vivant, ne pourrait exister. L’analyse « tout est très bon » n’est pas temporelle, mais absolue et éternelle.

25.12 Quel est le but de l’évolution ?

Les hommes vont évoluer jusqu’à devenir cent pour cent humains et aimants. Un parfait équilibre entre un sentiment et une intelligence évolués va leur permettre avec le temps d’accéder aux climats de pensées de la sagesse basée sur l’énergie de l’intuition. Vivre en accord avec les lois de la vie ou de l’amour, être au bénéfice, à la joie et à la bénédiction des autres influe d’une manière très positive sur nos pensées. Un climat de pensées portées par l’amour et la sagesse donne aux hommes le maximum de magnétisme et de force vitale possible. Cette manière de penser, basée sur la science cosmique la plus élevée, la sagesse et l’amour, confirme le vieux dicton qui dit : un esprit sain dans un corps sain. (Bisættelse, §47).

Les analyses cosmiques peuvent aider les hommes à comprendre la vie et ses lois et à les conduire vers une vision optimiste de la vie. On peut apprendre à voir que tout ce qui est désagréable est, au fond, un bien désagréable et donc un signe d’amour.

Quand nous sommes heureux, quand nous ressentons de la joie et de la gratitude envers la vie et quand nous pouvons voir que tout dans la vie est très bon, nous sommes alors en accord avec la vie. Quand nous voyons et faisons l’expérience que tout est bon dans toutes les situations de la vie, alors vibrent dans notre conscience les pensées qui donnent à notre vie la plus grande joie de vivre et la plus grande force vitale.

Notre évolution est achevée en tant qu’homme selon Martinus et on est devenu un génie dans la pratique de la morale quand on est si évolué qu’on peut soi-même faire l’expérience et l’analyse que : « tout est très bon ». On a alors fait siennes l’analyse fondamentale de la vie et la vérité éternelle.

FIN.

 

I N F O R M A T I O N  en français.

L’intuitive Martinus (1890-1981) du Danemark

Martinus (1890-1981) est né dans la petite ville danoise de Sindal, dans le Jutland du Nord. Au terme d’une courte scolarité à l’école primaire qui ne comprenait que deux fois trois heures de cours par semaine en été, et un peu plus en hiver, il gagna sa vie en occupant des emplois modestes, dans des laiteries et autres, jusqu’au jour de 1921 où il commença à écrire l’œuvre qu’il consacra, pendant les soixante années qui suivirent, aux sciences spirituelles. Dans la Préface de Livets Bog, Martinus raconte dans quelles circonstances sa vie changea: “… de toutes nouvelles facultés sensorielles avaient surgi en moi, facultés qui me rendaient capable de voir, non pas sporadiquement mais en permanence et à l’aide de ma conscience éveillée, toutes les causes invisibles, les forces spirituelles principales, les lois éternelles de l’univers, les énergies et les principes fondamentaux que recèle le monde physique. Le mystère de la vie n’était donc plus pour moi un mystère”.

MARTINUS ET SON ŒUVRE Martinus (1890-1981) est né dans la petite ville danoise de Sindal, dans le Jutland du Nord. Au terme d’une courte scolarité à l’école primaire qui ne comprenait que deux fois trois heures de cours par semaine en été, et un peu plus en hiver, il gagna sa vie en occupant des emplois modestes, dans des laiteries et autres, jusqu’au jour de 1921 où il commença à écrire l’œuvre qu’il consacra, pendant les soixante années qui suivirent, aux sciences spirituelles. Dans la Préface de Livets Bog, Martinus raconte dans quelles circonstances sa vie changea: “… de toutes nouvelles facultés sensorielles avaient surgi en moi, facultés qui me rendaient capable de voir, non pas sporadiquement mais en permanence et à l’aide de ma conscience éveillée, toutes les causes invisibles, les forces spirituelles principales, les lois éternelles de l’univers, les énergies et les principes fondamentaux que recèle le monde physique. Le mystère de la vie n’était donc plus pour moi un mystère”. Livets Bog, qui compte sept volumes, est l’œuvre maîtresse de Martinus. Il contient des analyses cosmiques qui décrivent en détails la structure, les lois et les principes éternels de la vie. Martinus a aussi écrit, en complément, L’Image Éternelle de l’Univers (les livres de symboles), Logique et Funérailles. L’Image Éternelle de l’Univers contient des symboles qui représentent des principes-essences et des analyses concentrées, et qui permettent au lecteur d’avoir facilement accès à une vue d’ensemble de la structure cosmique de l’univers. Martinus a intitulé ses œuvres complètes, qui comptent des milliers de pages, Le Troisième Testament. Pour lire la Cosmologie de Martinus, on ne doit ni faire partie d’une association ni prendre une carte de membre.
L’intuitive Martinus (1890-1981) du Danemark 90 années en 1980. Martinus estl l’auteur de “Le Troisième Testament” (La suite de la Bible). www.martinus.dk

Martinus et son œuvre

Livets Bog, qui compte sept volumes, est l’œuvre maîtresse de Martinus. Il contient des analyses cosmiques qui décrivent en détails la structure, les lois et les principes éternels de la vie. Martinus a aussi écrit, en complément, L’Image Éternelle de l’Univers (les livres de symboles), Logique et Funérailles. L’Image Éternelle de l’Univers contient des symboles qui représentent des principes-essences et des analyses concentrées, et qui permettent au lecteur d’avoir facilement accès à une vue d’ensemble de la structure cosmique de l’univers. Martinus a intitulé ses œuvres complètes, qui comptent des milliers de pages, Le Troisième Testament. Pour lire la Cosmologie de Martinus, on ne doit ni faire partie d’une association ni prendre une carte de membre.

 

La Fondation Martinus Située à Copenhague dans le quartier de Frederiksberg, la Fondation Martinus est une institution à but non lucratif à laquelle Martinus a confié la tâche de sauvegarder, publier et traduire Le Troisième Testament. Le rôle de l’institut est également d’informer le grand public sur l’œuvre de Martinus et d’enseigner les analyses cosmiques. La Fondation Martinus s’occupe de l’administration, la vente et la publication des livres de Martinus et édite également dans plusieurs langues un magazine intitulé Kosmos. Pendant le semestre d’hiver, il s’y organise des groupes d’étude hebdomadaires et des conférences. C’est aussi la Fondation qui organise les cours au Centre Martinus de Klint.
La Fondation Martinus
Située à Copenhague dans le quartier de Frederiksberg, la Fondation Martinus est une institution à but non lucratif à laquelle Martinus a confié la tâche de sauvegarder, publier et traduire Le Troisième Testament.

La Fondation Martinus

Située à Copenhague dans le quartier de Frederiksberg, la Fondation Martinus est une institution à but non lucratif à laquelle Martinus a confié la tâche de sauvegarder, publier et traduire Le Troisième Testament. Le rôle de l’institut est également d’informer le grand public sur l’œuvre de Martinus et d’enseigner les analyses cosmiques. La Fondation Martinus s’occupe de l’administration, la vente et la publication des livres de Martinus et édite également dans plusieurs langues un magazine intitulé Kosmos. Pendant le semestre d’hiver, il s’y organise des groupes d’étude hebdomadaires et des conférences. C’est aussi la Fondation qui organise les cours au Centre Martinus de Klint.

 

Centre Martinus Klint, Danemark. La Cosmologie de Martinus - une science de l'évolution
Salle de conférence, Centre Martinus, Klint, Klintvej 69, DK 4500- Nykobing Sj. Danemark. Foto WillyKuijper

Le Centre Martinus de Klint

Le Centre Martinus de Klint, situé 100 km de Copenhague près de la petite ville de Nykøbing Sjælland, est un centre d’études internationales où est enseignée la cosmologie de Martinus sous forme de conférences, de cours et de cercles d’étude. L’été, les cours en suédois et danois ont lieu quotidiennement, avec des programmes qui sont renouvelés chaque semaine, et certaines semaines, des cours également dispensés en anglais, en allemand et en esperanto. Au printemps et en automne aussi, des périodes de cours soit plus courtes, soit plus longues et qui permettent d’approfondir les analyses de Martinus, y sont organisées. 

Informations complémentaires

Le site Internet de l’institut Martinus est traduit en plusieurs langues. Il vous informera plus amplement sur la vision du monde de Martinus, ses publications, ses symboles, les programmes de cours et de conférences, le magazine Kosmos et les activités organisées à l’institut et au centre de Klint. La page web possède une fonction permettant de lire une partie de l’œuvre de Martinus ainsi que les numéros anciens de Kosmos et d’y effectuer des recherches. On y trouve également des archives en ligne qui donnent accès, entre autres, à une galerie de photos et à une base de données composée de lettres. Le site vous tiendra informé de tous les évènements du moment, des nouvelles publications et des programmes de cours et de conférences. Pour toute commande d’exemplaires de Kosmos, de brochures d’information, de listes de livres, d’articles et de programmes de cours, adressez-vous à:

Martinus Institut, Mariendalsvej 94-96, 2000 Frederiksberg, Danemark
Tel.: + 45 38 34 62 80
Page web: www.martinus.dk
Courriel: [email protected]
Réseau librairie: shop.martinus.dk

Livre de Ole Therkelsen

Martinus, Darwin et le dessein intelligent –
Une théorie nouvelle de l’évolution

La cosmologie de Martinus est un thème éternel. Dans ce livre, nous l’explorons par rapport à la théorie de l’évolution de Darwin et par rapport au dessein intelligent.

Darwin prend comme point de départ l’hypothèse d’une évolution graduelle, basée sur la sélection naturelle ; le dessein intelligent tente de montrer d’une manière scientifique qu’une intelligence suprême existe derrière toute création. Face à ces deux théories, Ole Therkelsen, conférencier et ancien professeur de chimie et de biologie, présente un troisième modèle d’explication sur l’apparition des organismes complexes dans la nature et sur l’origine et la formation de la vie, modèle intitulé : la cosmologie de Martinus.

L’auteur danois Martinus (1890-1981) voyait l’univers comme un être vivant englobant tout, dans lequel nous vivons et faisons l’expérience de la vie à travers une évolution éternelle. Les enseignements de Martinus ont été ignorés dans le récent débat sur la création. Ils donnent une approche intéressante avec une richesse de perspectives qui confirment et corrigent plusieurs aspects tant du darwinisme que de la théorie du dessein intelligent. Martinus argumente en faveur d’une évolution basée sur la conscience et sur l’expérience des êtres vivants eux-mêmes, et présente avec perspicacité l’évolution future des hommes en route vers la perfection.

Le livre répond à toute une série de questions sur MARTINUS, DARWIN ET LE DESSEIN INTELLIGENT, et il est destiné à tous ceux qui s’intéressent à l’évolution, quel que soit le point de vue observé : scientifique, spirituel ou religieux.

Evolution. La Cosmologie de Martinus
Mon père Jacob Therkelsen (1902-1989), Ole (11 år) og Martinus (1890-1981) chez Villa Rosenberg, Kosmos Ferieby, Klint, le 15 juli 1959. Foto ma mère Herdis Therkelsen (1915-2001),

Ole Therkelsen a écrit ce livre à partir de son expérience en tant que chimiste à l’Université Technique du Danemark, et biologiste à l’Université de Copenhague, ainsi qu’à partir de l’engagement de sa vie entière pour la cosmologie de Martinus. Depuis 1980, il a donné plus de 2000 conférences sur la cosmologie ou “Le Troisième Testament” dans quinze pays et en six langues différentes. Plusieurs de ces conférences peuvent être écoutées sur www.oletherkelsen.dk.

 

Ole à 11 ans et Martinus à 69 ans en 1959 au Centre Martinus, Klint, DK-4500 Nykøbing Sj., DanemarkSj. FOTO Herdis Therkelsen
Ole à 11 ans et Martinus à 69 ans en 1959 au Centre Martinus, Klint, DK-4500 Nykøbing Sj., DanemarkSj. FOTO Herdis Therkelsen

Ole à 11 ans et Martinus à 69 ans en 1959 au Centre Martinus, Klint, Klintvej 69, DK-4500 Nykøbing Sj., Danemark

 

www.oletherkelsen.dk
www.oletherkelsen.info
www.martinusshop.dk
www.amazon.com
www.martinus.dk
www.martinus.dk/fr

 

Ole Therkelsen, f. 1948, taler og skriver på grundlag af sit livslange engagement i Martinus Kosmologi, har holdt ca. 2.000 foredrag om åndsvidenskaben eller kosmologien i femten lande på seks forskellige sprog, hvoraf flere kan høres på www.oletherkelsen.dk. OT’s to bøger: 1. Martinus, Darwin og intelligent design (2007) 2. Martinus og den nye verdensmoral (2009) OT’s to lydbøger på CD: 3. Kosmiske lektioner (2006) 50 foredrag i MP3 4. FOREDRAG i 2013 (2014) 48 foredrag i MP3
Ole Therkelsen avec conférences en Allemagne, Bonn, Ole Therkelsen parle et écrit à partir de son expérience en tant que chimiste à l’Université Technique du Danemark, et biologiste à l’Université de Copenhague, ainsi qu’à partir de l’engagement de sa vie entière pour “La Cosmologie de Martinus” ou “Le Troisième Testament”. www.martinus.dk

http://oletherkelsen.dk/fransk.html

www.oletherkelsen.info

www.martinusshop.dk